L’AFGES mobilisée contre le budget du supérieur

L’AFGES mobilisée contre le budget du supérieur

Ce vendredi 16 octobre, plus de 4000 manifestants se sont réunis pour protester contre le budget annoncé par le gouvernement pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche dans sa loi de finances 2016. Parmi ces manifestants se trouvaient des universitaires, des personnels et surtout des étudiants, mécontents et lassés de devoir se former dans des conditions toujours plus précaires.

Une grande majorité de ces étudiants étaient rassemblés sous les drapeaux de la Fédération des Associations Générales Etudiantes (FAGE). En effet la FAGE, première organisation de jeunesse en France, a su mobiliser plus de 700 étudiants des quatres coins de la France (Strasbourg, Amiens, Reims, Clermont-Ferrand, Toulouse…) pour venir protester contre la politique budgétaire régissant notre système d’Enseignement Supérieur. L’AFGES, membre fondatrice de la FAGE, a bien évidemment répondu présente à l’appel lancé par sa fédération nationale. De nombreux militants alsaciens ont ainsi fait le déplacement dans la capitale.

L’Université de Strasbourg comme tous les établissements public d’enseignement supérieur fait elle aussi face à la crise frappant l’Enseignement Supérieur français.
Avec plus d’un millier d’étudiants supplémentaires cette année et un budget constant, l’Université de Strasbourg ne peut se contenter des miettes offertes par le gouvernement dans son projet de budget si elle veut continuer à garantir à ses étudiants une formation de qualité.
Malgré les efforts consentis et réalisés par l’Université, plusieurs bâtiments, salles de cours et amphitéâtres restent vétustes et ne sont plus du tout adaptés au nombre toujours grandissant d’étudiants. La situation dans certaines composantes oblige les étudiants à s’asseoir par terre, dans les escaliers pour pouvoir suivre leurs cours. Les séances de travaux dirigés atteignent un point de rupture quant à leur effectif ce qui affecte à la fois les enseignants et les étudiants. Comment est-il possible de mettre en place une pédagogie ambitieuse pour le futur quand le présent est déjà obscurci par un manque de moyens financier, humain et matériel ?
Le gouvernement n’a consenti à aucune hausse ou révision du budget à l’issue de la manifestation et reste sur sa volonté de n’investir que 165 millions d’euros dans sa jeunesse étudiante. Nous ne pouvons nous contenter de cette somme. Pour suivre la hausse du nombre d’étudiants c’est à minima 700 millions d’euros qui seraient nécessaires et bien plus pour pouvoir permettre à nos Universités de mener une politique de formation ambitieuse, de qualité et adaptée à chaque étudiant.

Ainsi l’AFGES et l’ensemble du réseau de la FAGE resteront mobilisés et ce jusqu’à ce que le gouvernement s’engage à faire de réels efforts pour notre Enseignement Supérieur. L’AFGES et ses associations tiendront durant les mois d’octobre et de novembre des stands d’information à destination des étudiants. L’AFGES diffusera également des documentaires relatant la situation budgétaire des universités d’autres pays afin de sensibiliser les étudiants quant aux risques du contingentement ou d’une éventuelle hausse des frais d’inscription.

Parce que la jeunesse ce n’est pas que l’avenir, c’est aussi et surtout le présent. Parce qu’il est important d’investir pour les jeunes, pour leur formation. Parce que notre système d’Enseignement Supérieur et de Recherche est en péril. Parce que la priorité jeunesse annoncée en 2012 doit se produire maintenant.
Pour toutes ces raisons, l’AFGES est et restera mobilisée pour obtenir de réels moyens pour toutes nos formations !