[COMMUNIQUÉ] L’AFGES avertit… la jeunesse d’Alsace refuse la sélection à l’Université !

[COMMUNIQUÉ] L’AFGES avertit… la jeunesse d’Alsace refuse la sélection à l’Université !

L’AFGES avertit… la jeunesse d’Alsace refuse la sélection à l’Université !

Alors que le processus législatif concernant la réforme du 1er cycle Universitaire, arrive à son terme, l’AFGES souhaite alerter les députés et sénateurs alsaciens concernant les amendements adoptés lors de la séance du Sénat du 8 février 2018.

Ces amendements, destinés à être discutés lors de la commission mixte paritaire du 13 février 2018, portent atteinte aux valeurs fondamentales défendues par le réseau associatif étudiant. De ce fait l’AFGES se doit de réagir afin que l’enseignement supérieur, au service de la société dans laquelle il s’inscrit, permette à tous les jeunes d’accéder au parcours de formation de leur choix. En effet les études supérieures doivent être synonymes d’ouverture intellectuelle et d’émancipation pour la jeunesse.
Le fait d’en limiter l’accès ne ferait qu’accentuer les inégalités sociales alors que les études supérieures sont une étape prépondérante et indispensable à la construction d’un projet professionnel et personnel viable dans un monde du travail en mutation, où la qualification devient la règle d’or.

Ainsi, l’AFGES ne peut accepter que les amendements reviennent sur la définition des capacités d’accueil en les mettant en lien avec l’insertion professionnelle. Le rôle de l’Université est de donner aux jeunes la possibilité de se former et d’acquérir des compétences afin d’accéder à un niveau de qualification nécessaire pour prétendre à divers débouchés professionnels.

Ces amendements visent donc à instaurer une véritable sélection sociale aussi injuste qu’inefficace, à l’entrée de nos Universités.
C’est sur la base de ces principes que l’AFGES refuse de transiger avec ses valeurs et s’oppose fermement à ces amendements délétères pour des dizaines de milliers de jeunes.

L’AFGES souhaite rappeler aux sénateurs et députés du territoire alsacien, la responsabilité qui est la leur de siéger dans cette commission mixte. La sélection n’est pas et ne sera jamais la solution aux problèmes que connaît l’Enseignement Supérieur et la Recherche.