OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lors de la publication des listes officielles des candidat-e-s à l’élection des représentant-e-s étudiant-e-s au Conseil d’Administration et à la Commission Formation et Vie Universitaire, une étudiante en arts visuels a eu le déplaisir de constater sa présence sur la liste UNEF-EMF au conseil d’administration de l’université de Strasbourg.

Cette étudiante, également bénévole à l’AEAS (Association des étudiants en Arts de Strasbourg) est adhérente à l’AFGES, ce qui lui a permis de venir nous demander conseil.

A la fin septembre, alors qu’elle venait de rentrer en première année et résidait à la cité universitaire Paul Appell, des membres de l’UNEF sont venus toquer à sa porte tard dans la soirée. Après plusieurs minutes de tractations, ils l’ont convaincue de signer un papier de contact et de prendre en photo sa carte étudiante en lui précisant qu’elle n’en entendrait plus jamais parler. 

Pour pouvoir candidater à cette élection, il faut que l’étudiant-e soit conscient de ce à quoi il s’engage et les valeurs que la liste entend défendre. Fin septembre, les papiers officiels de candidature n’étant pas encore publiés par l’Université, l’UNEF a du copier la signature de l’étudiante pour pouvoir la faire candidater à son insu.

L’étudiante a porté plainte le jeudi 17 novembre pour usurpation d’identité. Une enquête est en cours et les motifs faux et usage de faux ainsi qu’abus de confiance pourrait être ajoutés à la plainte.

L’article 441-6 du Code pénal précise les peines encourues par les responsables de l’UNEF : “Le fait de se faire délivrer indûment par une administration publique ou par un organisme chargé d’une mission de service public, par quelque moyen frauduleux que ce soit, un document destiné à constater un droit, une identité ou une qualité ou à accorder une autorisation est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.”

L’AFGES dénonce aujourd’hui les pratiques frauduleuses d’une organisation qui peine à convaincre les étudiant-e-s par ses idées et doit recourir à des méthodes illégales pour pouvoir s’assurer de présenter une liste complète.

Télécharger le communiqué en version PDF