Le CROUS de Strasbourg redevient-il lucide ?

Le CROUS de Strasbourg redevient-il lucide ?

Depuis de nombreuses années, les élus étudiants de l’AFGES au Conseil d’administration du CROUS dénoncent 3 problématiques majeures, symptomatiques du fonctionnement de cette institution :

  • Le manque de démocratie au sein du Conseil d’administration, dans lequel moins d’un tiers seulement des membres est élu ;
  • Le manque de concertation entre la direction du CROUS et les membres de ce conseil, alors que les élus étudiants de l’AFGES sont justement les seuls a systématiquement aborder chaque sujet porté à la connaissance du Conseil, non d’un point de vue forcément contestataire mais avant tout pragmatique, avec à cœur de toujours être force de proposition ;
  • La sape des missions sociales du CROUS au bénéfice d’une logique de profit.

Des avancées positives…

Cependant, il est normal pour les élus étudiants de l’AFGES de reconnaître les efforts accomplis par le CROUS lorsque ceux-ci sont fait. En l’occurrence, les représentants étudiants considèrent comme une avancée positive, les annonces faites lors du Conseil d’administration du CROUS du 9 octobre dernier, et tout particulièrement :

  • l’expérimentation de constructions modulaires dans l’extension du parc de logements sociaux du CROUS. Cette demande de longue date de l’AFGES permet un coût de construction réduit et une qualité plus adaptée aux nouvelles normes environnementales, le tout à un loyer moins élevé pour les étudiants à surface égale avec d’autres logements traditionnels ;
  • l’engagement à construire un lieu de vie étudiante sur le campus Médecine, comprenant une résidence universitaire et un lieu de restauration dont le fonctionnement serait plus proche de la restauration universitaire traditionnelle (repas chaud à tarif social, pris à l’intérieur). Une telle résidence est une demande constante de l’AFGES et des étudiants de ce campus (relativement excentré par rapport à l’offre du CROUS) depuis de nombreuses années. Concernant l’ouverture d’un nouveau restaurant universitaire, elle fait suite à l’interpellation régulière de l’opinion publique et du CROUS par l’AFGES et les collectivités territoriales depuis l’annonce de la fermeture du RU Pasteur il y a plus d’un an ;
  • les projets ambitieux de rénovation de plusieurs Cités U, dont celle qui en a le plus besoin : la Cité U Paul Appell, avec l’engagement de profiter de ces projets pour expérimenter les logements en colocation au sein des Cités U, demande également récurrente à la fois des étudiants et de leurs représentants de l’AFGES.

…qui nécessitent encore un travail commun

Néanmoins, les élus étudiants de l’AFGES, et tout son réseau resteront vigilants quant à la mise en place effective de ces annonces et leur orientation dans le sens de l’amélioration des conditions de vie des étudiants et de la démocratisation de l’enseignement supérieur. Il est à noter que l’on ne parle encore que d’expérimentation, d’engagement et de projets, pendant que les élus étudiants agissent jour après jour auprès de leurs camarades en les conseillant, les soutenant, et les représentant par des actions concrètes ; notamment par la création de l’Agoraé, épicerie sociale et solidaire, dont le public estudiantin n’aura jamais eu aussi cruellement besoin.

Ces annonces nous font espérer que la voix des étudiants puisse être à nouveau prise en compte au sein du Conseil d’Administration du CROUS de Strasbourg. Ainsi nous nous félicitons de voir la direction aller dans le sens de la jeunesse mais nous restons sur nos gardes tant que les espoirs de cette dernière ne seront pas atteints. Si le CROUS semble redevenir lucide, c’est bien ensemble – avec l’AFGES – que nous le remettrons sur le droit chemin de sa vocation sociale.