[DOSSIER DE PRESSE] Coût de la rentrée 2019

Chaque année depuis 14 ans, l’AFGES réalise, à l’approche de la rentrée universitaire, son indicateur du coût de la rentrée. Malgré une baisse sur certains coûts l’année dernière, notamment grâce la suppression des frais de sécurité sociale étudiante, nous ne pouvons que constater une augmentation du budget de la rentrée pour les plus précaires. Ces augmentations ne faisant que renforcer une reproduction sociale empêchant un accès libre pour tou-te-s à l’enseignement supérieur. 

Cette année, l’AFGES s’est basée sur deux profils d’étudiant-e-s :

  • Un-e étudiant-e boursier-e résidant en cité universitaire
  • Un-e étudiant-e non boursier-e décohabitant-e (la décohabitation est le moment au cours duquel des personnes formant un même foyer cesse d’habiter sous le même toit). 

Nous avons pour ces deux profils effectué une analyse des coûts mensuels ainsi que des frais spécifiques à l’installation et au commencement des études. 

Description de la méthodologie utilisée:

Logement
Pour l’étudiant-e boursier-e, nous avons pris le tarif en cité universitaire du Crous pour une chambre simple au tarif le moins onéreux.
Pour l’étudiant-e non boursier-e, nous avons pris la moyenne du loyer d’un logement studio de 20 à 30 m² à Strasbourg en zone tendue, impliquant un encadrement des frais d’agence. Concernant les tarifs de l’assurance logement, ces derniers sont ceux proposés par la MGEL (Garantie “Mezzo”).


Alimentation
L’alimentation comprend 20 repas au RU à 3.30€. Les repas à domicile sont constitués des 40 repas restants ainsi que de 30 petits déjeuners. Les prix sont évalués sur un panier moyen.

A noter : augmentation du prix du repas RU de 3,25 à 3,30.

Frais courants
Ces frais sont basés sur un ensemble vestimentaire (jean, t-shirt, sweat), un lot de produits hygiéniques ainsi qu’un lot de produits d’entretien. Pour le téléphone et l’internet, nous nous appuyons sur la moyenne des propositions des opérateurs pour une box ainsi qu’un abonnement téléphonique. Dans le cas de l’étudiant-e en cité universitaire, on prendra un abonnement téléphonique ainsi que les frais internet de la résidence.

Inscriptions et matériel pédagogique
Nous avons pris en compte le coût des frais d’inscription en licence (plus élevés en master ou en école d’ingénieur), et le coût de la Contribution vie étudiante et de campus. Nous avons également ajouté à ces frais le coût d’une complémentaire santé. Concernant le matériel scolaire, nous avons pris un panier moyen des éléments nécessaires au bon suivi des cours ainsi que le coût d’achat d’un ordinateur d’entrée de gamme à 300€ (il est à noter que selon les filières ces coûts matériel peuvent être bien plus onéreux, jusqu’à 4000€ l’année en faculté de chirurgie dentaire) 

Transports
Pour l’étudiant-e boursier-e, nous nous basons sur la tarification solidaire de la CTS pour un abonnement mensuel sans quotient familial. Pour l’étudiant-e non boursier-e on prendra comme référence le coût d’un abonnement mensuel à la CTS. Nous avons également rajouté le coût d’un abonnement Vel’hop pour le transport à vélo.

Loisirs
Le coût des loisirs représente l’achat de deux livres ajoutés au montant moyen des sorties, calculé par l’Observatoire de la Vie Étudiante (Enquête OVE 2010) . 

Détail des coûts


Étudiant-e en cité Universitaire boursier-eÉtudiant-e non boursier-e décohabitant
Logement
Loyer et charges189478
Frais d’agence0260
Assurance logement65,565,5
Alimentation
Repas au RU6666
Repas à domicile169,59169,59
Frais courant
Vêtements, produits d’hygiène et d’entretien139,08139,08
Téléphonie et internet30,9950,33
Inscription et matériel pédagogique
Frais d’inscription0170
CVEC091
Matériel scolaire et ordinateur550,82550,82
Complémentaire santé280,8280,8
Transports
Transports en commun3,4027,60
Transports à vélo4242
Loisirs

7373
Coût total de la rentrée

1610,182463,72
Ecart relatif à l’année précédente+2,38%+0,46%


Analyse des données

L’année dernière et pour la première fois depuis la création de l’indicateur par l’AFGES, nous avions pu remarquer une baisse du coût pour les étudiant-e-s non boursier. Cette baisse était notamment due à la suppression des frais de sécurité sociale étudiante légèrement contrebalancés par l’arrivée de la CVEC. Nous constatons qu’une fois n’est effectivement pas coutume : cette année, le coût de la rentrée augmente à nouveau.

On observe une fois de plus le poids du logement dans les charges mensuelles, soit en moyenne environ 50% du budget d’un-e étudiant-e décohabitant. De plus, on ne peut que constater une augmentation constante des loyers sur le territoire de la capitale alsacienne. A titre d’information cette hausse des loyer est également subie à Haguenau, Colmar et Brumath. Il est à noter que les frais d’agence n’évoluent plus depuis leur encadrement par la loi, bien qu’ils pèsent sur le budget logement.

Pour l’alimentation on peut noter une augmentation corrélée à l’inflation sur l’ensemble des produits alimentaires notamment sur ceux de première nécessité faisant rapidement gonfler les frais d’alimentation. L’augmentation du budget restauration ne s’arrête pas là, car le ticket RU passe cette année de 3,25€ à 3,30€. Il est également à noter que certains étudiants n’ont pas accès à une offre de restauration à tarif social comme les étudiants de la ville de Haguenau.

Ces augmentations se répercutent également sur les frais de vie courante, exceptés sur les abonnements internet sur lesquels on peut noter une relative stabilité, pour une qualité du réseau en augmentation.

On remarque que cette année les prix des abonnements à la CTS ont augmentés, cette augmentation suit celle du prix du ticket individuel de l’année dernière. Cependant les prix des transports en train ou de l’essence augmentent en flèche, on pourrait donc observer de grosses augmentations pour les étudiant-e-s dont l’habitat n’est pas correctement desservi par le réseau de la CTS.

Pour les frais d’inscriptions à l’Université, on note une stabilité de ces derniers, stabilité à nuancer, car la CVEC étant indéxé sur l’inflation (au contraire des aides sociales) celle ci augmente cette année de 1€. On peut également noter une stabilité des frais des complémentaires santé, stabilité réjouissante quand on sait que 12% des étudiant-e-s renoncent aux soins par manque de moyens. Cette stabilité est liée à la fin du monopole des mutuelles étudiante, qui a suivi la fin du RSSE.

Enfin les frais de matériel pédagogique sont stables même s’ils restent fortement liés à la filière et qu’ils peuvent entraîner de fortes disparités. L’achat de matériel de travaux pratique s’élève à plusieurs milliers d’euro en faculté de chirurgie dentaire.

Concernant les loisirs, on observe une légère hausse, même si ce coût est à mesurer, en effet le budget loisir restera le premier budget sur lequel les étudiant-e-s couperont. La CVEC n’a pas permi pour l’instant d’augmenter l’offre de loisir à tarif social, la faute à un cadrage particulièrement tardif. De nombreux-ses étudiant-e-s renoncent, toujours, à ces activités qui constituent le ciment de conditions d’études et de vie favorables à la réussite, et à l’émancipation individuelle.

Face à ce constat, l’AFGES revendique plusieurs points notables pour l’amélioration des conditions de vie des étudiant-e-s.

En matière de logement

  • Augmentation du nombre de logements à destination des étudiant-e-s dans le parc public 
  • Diminution des tarifs en résidences du Crous, et notamment en ce qui concerne les chambres avec sanitaires individuels, qui affichent un loyer 50% plus haut pour un équipement profondément nécessaire quand on prend en compte les problèmes associés aux sanitaires collectifs.

En matière de santé

  • Mise à disposition gratuite de protections féminines par le CROUS et/ou le SSU. Elles représentent un part significative du budget des étudiantes.

En matière de transports

  • Mise en place d’une tarification réduite ou gratuite de la CTS pour tou-te-s les étudiant-e-s, ou tout du moins pour les étudiant-e-s en situation de précarité.
  • La mise en place d’un tarif solidaire pour la location de vélo.

En matière d’alimentation

  • Une baisse du prix du ticket RU, comme celui ci a augmenté de 10% entre 2010 et 2019. 
  • Une baisse des prix pour les solution de restauration rapide CROUS, qui avoisinent les prix du marché, ce qui éloigne le réseau des oeuvres de sa mission sociale.
  • Un retour au conventionnement entre le CROUS et le privé, afin de permettre aux étudiants des campus hors-strasbourg (Haguenau…) de bénéficier de repas à tarification sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tweets
Contact
  • 1 Place de l'Université
  • 67000 STRASBOURG
  • (+33) 06 72 92 68 92
  • contact@afges.org