Election à la Présidence de l’Université de Strasbourg : Soutien de l’AFGES

Election à la Présidence de l’Université de Strasbourg :  Soutien de l’AFGES

Après près de quatre mois de campagne intensive, marqués par des échanges tendus entre les listes candidates à la gouvernance de l’Université de Strasbourg et un traitement médiatique parfois très subjectif, les élu-e-s au Conseil d’administration de l’Université s’apprêtent à désigner sa nouvelle ou son nouveau Président-e.

L’AFGES, sortie victorieuse des élections des représentant-e-s étudiant-e-s dans les différents conseils de l’Université, se retrouve, à l’instar de l’élection de 2012, dans une position d’arbitre entre les candidat-e-s à la Présidence. En effet, avec 4 élu-e-s étudiant-e-s au CA et une personnalité extérieure élue sur sa proposition, l’AFGES a pu porter ses idées pour l’enseignement supérieur et la vie étudiante auprès des listes candidates.

C’est ainsi qu’à plusieurs reprises, les élu-e-s de l’AFGES ont rencontré les équipes d’Alternative 2017 et de l’Université pour réussir, dans un climat d’échange constructif et ouvert. Les questions du budget, du contingentement, de l’optimisation de l’évaluation continue intégrale, du soutien à la vie étudiante ou encore les profils des membres potentiels du futur Bureau de l’Université ont notamment été évoquées.

C’est finalement la candidature de Michel Deneken qui a su le plus convaincre les élu-e-s et les instances de l’AFGES. La cohérence de son programme, tant en matière de formation et de recherche que de vie étudiante, en particulier dans des problématiques souvent négligées telles que la question de la santé des étudiant-e-s, notamment en engageant des négociations sur l’ouverture d’un centre de soins universitaire plus ambitieuse  que la liste menée par Hélène Michel.

Néanmoins l’AFGES signale que le soutien apporté à cette candidature ne tient pas lieu de blanc-seing à toutes les décisions qui seront prises lors de la mandature à venir. Fidèle à son pragmatisme qui convainc les étudiant-e-s depuis 93 ans, elle saura rester vigilante sur les problématiques clivantes, relatives à la gestion d’une Université comme celle de Strasbourg, en accordant toujours la priorité à la défense des intérêts matériels et moraux des étudiant-e-s, à l’heure où le débat sur l’augmentation des frais d’inscription et la sélection à l’entrée de l’université est porté par de nombreux candidats à l’élection présidentielle de 2017.

Les élu-e-s AFGES au Conseil d’administration de l’Université de Strasbourg.

Télécharger le communiqué en version PDF