Chaque année depuis 17 ans, à l’approche de la rentrée universitaire, l’AFGES réalise son coût de la rentrée. En plus de celui-ci, la fédération s’attèle également à mettre en lumière le coût de la vie étudiante qui résulte d’un calcul des obligations mensuelles des étudiant-e-s dont les impondérables de la rentrée sont soustraits. Nous constatons cette année encore une augmentation du coût de la rentrée pour les étudiant-e-s, rendant de plus en plus difficile l’accès au monde de l’enseignement supérieur.

Cet indicateur présente 2 profils. Le premier est celui d’un étudiant boursier en licence, échelon maximal (7/7), en cité universitaire, avec un quotient familial élevé. Le second correspond à, un étudiant non boursier en licence, qui occupe une location. Ce dernier représente le profil étudiant majoritaire dans l’enseignement supérieur.

Résultats du coût de la rentrée

Les nouveaux chiffres :

Pour un-e étudiant-e boursier-ère en cité U :

  • Logement 254,40€
  • Alimentation 218,47
  • Frais courants 212,95€
  • Transport 13,40€
  • Inscription et matériel pédagogique 304,58€
  • Loisirs 87,11€
  • Total 1 468,41
  • Evolution +6,66%

Pour un-e étudiant-e non boursier-ère décohabitant-e :

  • Logement 506€
  • Alimentation 264,47€
  • Frais courants 212,95€
  • Transport 69,60€
  • Inscription et matériel pédagogique 474,58€
  • Loisirs 87,11€
  • Total 2 347,21
  • Evolution +3,86%

Analyse synthétique

À quelques semaines de la reprise universitaire 2022-2023, l’AFGES constate une fois de plus que le coût de la rentrée augmente. Au total, un étudiant décohabitant non boursier devra dépenser 2347,21 euros soit une augmentation de 3,86% par rapport à l’année précédente.










Dans un premier temps, on note une augmentation de 5,49 % des frais spécifiques à la rentrée. Si les frais d’inscription sont gelés et restent à 170 euros (en licence), la Contribution de Vie Étudiante et de Campus (CVEC) augmente de 3,26 % puisqu’elle passe de 92 euros à 95 euros. S’ajoutent à cela des augmentations inquiétantes qui accentuent la précarité étudiante, déjà très présente. En effet, la complémentaire santé Ex-MGEL/Yvon’Santé 2 augmente de 4,6 % en passant de 286,80 euros à 300 euros et l’assurance logement de 6,95 % en passant de 67,88 euros à 72,60 euros.

L’AFGES porte une attention particulière sur le matériel pédagogique (matériel d’écriture, fournitures diverses, sac à dos) qui cette année augmente de 15,82 %. Une telle augmentation est extrêmement pesante dans le budget moyen des étudiants et ne permet pas de travailler dans de bonnes conditions.

Dans un second temps, on note une augmentation de 2,02 % des frais de la vie courante. Cette évolution est significative : année par année, étudier à Strasbourg est de plus en plus onéreux. En effet, le logement est particulièrement touché : en plus d’une augmentation de l’assurance logement, le prix moyen d’un studio de 20 à 30 M² augmente de 2,43 % en passant de 494 euros à 506 euros en juillet 2022. En plus de cette crise du logement à Strasbourg, l’alimentation accélère la précarité étudiante. Si le ticket RU à 1 euro pour le profil boursier est gelé, le panier moyen augmente de 10,42 % en passant de 179,74 euros à 196,47 euros. De ce fait, pour un même budget le panier moyen des étudiants sera encore une fois moins rempli.

Suite à cela, nous notons une augmentation de 11,49 % de la téléphonie puisque les offres moyennes d’Orange, SFR et Free passent en moyenne de 49,98 euros à 58,99 euros.




Les loisirs augmentent également. Par rapport au précédent coût de la rentrée, l’AFGES a ajouté un item “abonnement streaming vidéo” et un “abonnement streaming musical”. Ainsi, nous constatons que les loisirs estudiantins augmentent de 1,31 %.

Puis, si l’indicateur “transports” reste stable, nous soulignons le fait que payer 69,60 euros au mois de septembre pour aller à l’université ou sur des terrains de stages/loisirs est conséquent.

À tout cela, s’ajoute une mensualité de 17,50 euros correspondant à l’achat de protections hygiéniques pour les personnes menstruées (selon l’enquête ANESF x AFEP x FAGE)

Les propositions de l’AFGES :

  • Les collectivités doivent travailler avec le Crous de Strasbourg afin de leur permettre l’acquisition de terrains, ainsi qu’un cofinancement permettant au Crous d’augmenter son parc immobilier face à un nombre d’étudiants en constante augmentation ;
  • Faciliter l’accès au parc HLM avec un profil jeune étudiant-e ;
  • Gel des loyers en Cité Universitaire afin de garantir que le coût de la vie n’augmente pas pour les plus précaires ;
  • Gel du prix du ticket RU à 1€ pour les étudiant-e-s boursier-e-s et à 3,30€ pour les autres étudiant-e-s ;
  • Distribution gratuite de masques et de protections périodiques à destination des étudiant-e-s, en particulier des plus précaires ;
  • Encadrer les loyers afin de juguler l’augmentation du prix du parc locatif à Strasbourg ;
  • Encadrer les pratiques des propriétaires concernant le Air B’n’B à la rentrée ;
  • Supprimer les frais complémentaires dans les formations. Ils sont illégaux.

Le coût de la vie

Pour calculer le coût de la vie, nous soustrayons au coût de la rentrée, tous les frais spécifiques à la rentrée, comme les frais d’inscription etc…

Pour un étudiant-e boursier-ère résidant en résidence universitaire :

  • Logement 254,40€
  • Alimentation 218,47
  • Frais courants 212,95€
  • Transport 13,40€
  • Loisirs 87,11€
  • Total 791,23
  • Evolution +4,23%

Pour un étudiant-e non boursier-ère décohabitant :

  • Logement 506€
  • Alimentation 264,47€
  • Frais courants 212,95€
  • Transport 69,60€
  • Loisirs 87,11€
  • Total 1 145,03
  • Evolution +2,20%


Analyse

Représentant la moitié du budget d’un-e étudiant-e tous les mois, le logement reste le premier pôle de dépense incompressible tout au long de l’année. Ce pôle de dépense pourrait être réduit par une augmentation de l’offre sociale privée et publique à destination des étudiant-e-s. Si le logement est le premier vecteur d’émancipation chez les jeunes, il n’en est pas moins une dépense limitante pour beaucoup.

Point sur les chiffres :

  • 1 étudiant-e sur 5 vit sous le seuil de pauvreté (fixé à 1015 euros). Sans les aides sociales,

plus de 20% des étudiants ne pourraient assumer les coûts liés à leurs études ;

  • 1 étudiant-e sur 3 renonce aux soins faute de moyens ; tou-te-s ne souscrivent pas à un régime de complémentaire, qui ne rentre pas dans leur budget ;
  • Entre 25 et 35% des étudiant-e-s souffrent de solitude : la précarité étudiante n’est pas le seul facteur, mais les loisirs et les sorties sont le premier pôle de dépense évité par un-e étudiant-e en cas de budget serré ;
  • 1 étudiant sur 2 saute un ou plusieurs repas par semaine : il s’agit de la dépense la plus “compressible” une fois les loisirs abandonnés ;54% des étudiant-e-s ont recours à une activité salariale pour financer leurs études ; la plupart ne reçoivent pas de soutien de leur famille, par manque de moyens de la famille, ou par rupture familiale ;

Méthodologie Coût de la rentrée 2021

Ce document a pour but d’expliciter la méthodologie utilisée par l’AFGES, les étudiant-e-s d’Alsace pour son calcul du coût de la rentrée.

Pour toute question relative à un indicateur, n’hésitez pas à rentrer en contact avec nous.

Comme chaque année, l’indicateur du coût de la rentrée de l’AFGES se divise en deux parties : les frais spécifiques de rentrée et les frais de vie courante.

Ces deux parties mettent en avant le coût que représente une rentrée universitaire dans de bonnes conditions pour :

  • Un étudiant de 20 ans en licence boursiers échelon 7 et vivant en cité Universitaire ;
  • Un étudiant de 20 ans en licence non boursier et décohabitant, c’est à dire ayant son propre logement ;

La méthodologie ci-après est ainsi organisée et détaillée selon chaque indicateur, en voici un exemple d’organisation :

Critères : Critères pris en compte dans le calcul final du montant

Données : Données analysées

Information : information particulière à noter

Source : Sources originelle des données


1ère partie : Frais spécifiques de rentrée

  • Frais de scolarité :

Critères : Etudiant en Licence - 20 ans - en formation initiale (=0 € dans le cas du profil boursier)

Données : Montant des frais de scolarité et de la CVEC (Contribution Vie Étudiante et de Campus).

Source : DEGESIP - MESRI


Information : À la suite de la crise sanitaire, les frais d’inscription pour l’année universitaire 2021-2022 sont gelés. La CVEC, calquée sur l’inflation (loi ORE - Art.12) n’augmente pas non plus cette année.

  • Matériel Pédagogique :

Critères : Coût moyen pour un matériel d’écriture, fournitures diverses et sac-à-dos.

Sources : Ooshop et Google Shopping (prix moyen sur 10 valeurs d’entrées/milieu de gamme, de marque et discount)

  • Complémentaire santé :

Critères : Complémentaire santé Yvon’Assur 2 en remplacement de l’ancienne Garantie “Mezzo” de la MGEL


Données :

Source : https://www.yvon.eu/

  • Assurance logement :

Critères : Assurance Yvon’Logement du type “Essentielle” en remplacement de la MGEL

Données : Moyenne des montants de l’assurance Yvon’Logement :  72,60€

Sources : https://www.yvon.eu/

  • Frais d’agence

Critères : Plafonds prévus pour un logement de 20m2 avec état des lieux

Informations : Les frais d’agence sont à la charge du bailleurs, la constitution de son dossier, la rédaction du bail et la réalisation de l’état des lieux qui peuvent être mis, pour moitié et sous réserve de respecter un certain plafonds, à la charge du locataire.

Données : Strasbourg est en zone tendue, le plafond des frais d’agence s’élève à 10€/m2+3€/m2 pour l’état des lieux. Pour 20m2, cela revient à 260 €.

Sources :https://service-public.fr/particuliers/vosdroits/F375

https://www.legifrance.gouv.fr/afficheTexte.fo?cidTexte=JORFTEXT0000293325



2nd Partie : Frais de vie courante

  • Loyers :

Critères : La moyenne est réalisée pour Strasbourg, d’un studio de 20 à 30m2 représentant la forme de logement la plus utilisée par les étudiants.


Données :

Sources : https://www.locservice.fr/cote-des-loyers/cote-studio-67482.html

  • Repas en Restaurant Universitaire

Critères : Sont pris en compte 20 repas Crous au prix du ticket RU à 3,30€ (1€ pour le profil boursier)

  • Alimentation

Critère : est pris en compte un budget alimentation pour les repas en dehors des 20 déjeuners en Restaurant Universitaire.

Données : Pour le budget alimentation, est prise en compte la simulation d’un panier de 30 petits déjeuners et 40 repas.

Source : site consommateur “ooshop” (comparateur Carrefour)

  • Equipement divers

Critère : sont pris en compte des budgets informatique, hygiène, vêtements et entretiens. Le budget informatique est composé d’une mensualité d’un ordinateur d’une valeur de 300€.

Données :

  • Une mensualité d’un ordinateur de 300 euros acheté avec un prêt à taux 0%
  • Vestimentaire : un ensemble jean+t-shirt+sweat
  • Hygiène : un lot de base d’hygiène
  • Entretien : produits d’entretiens


Sources : Ooshop, Jules, Google Shopping

  • Téléphonie et Internet

Critères : est pris en compte la moyenne des offres mobiles, fixes et internet chez les opérateurs en France


Données :

Sources : Sites orange.fr, sfr.fr, free.fr

  • Loisirs

Critères : deux sources sont pris en compte pour les loisirs. Un premier sur l’achat de livres, et un second sur les sorties.

Données :

  • 2 livres par mois à 12,50 € le livre
  • 50 € de sortie par mois
  • Abonnements de streaming vidéo à 7.12 € en moyenne
  • Abonnement Spotify étudiant à 4,99 €


Sources : Enquête OVE 2010, netflix.com, disneyplus.com, primevideo.com,     spotify.com, https://www.sne.fr/acces-au-livre-et-prix-du-livre/

  • Transport

Critère : sont pris en compte l’abonnement CTS (quotient familial max pour profil boursier) et un abonnement velhop étudiant.

Données : Maintien du prix quotient familial max à 3,40 € pour un abonnement CTS. Maintien à 27,60 € pour les autres.

Informations : Prix de l’abonnement Vélhop à 10 € pour les boursiers et à 42 € pour les autres étudiants.

Sources : https://velhop.strasbourg.eu/

https://www.cts-strasbourg.eu/fr/